Le respect à l’égard des autorités (semaine 7)

L’apôtre indiquait nettement l’attitude que les croyants devraient observer envers les autorités. “Soyez soumis, disait-il, à cause du Seigneur, à toute autorité établie parmi les hommes, soit au roi comme souverain, soit aux gouverneurs comme envoyés par lui pour punir les malfaiteurs et pour approuver les gens de bien. Car c’est la volonté de Dieu qu’en pratiquant le bien vous réduisiez au silence les hommes ignorants et insensés, étant libres, sans faire de la liberté un voile qui couvre la méchanceté, mais agissant comme des serviteurs de Dieu. Honorez tout le monde ; aimez les frères ; craignez Dieu ; honorez le roi.”

Notre devoir consiste à obéir en toutes circonstances aux lois de notre pays à moins qu’elles ne soient en contradiction avec la loi suprême que Dieu a prononcée à haute et intelligible voix du haut du Sinaï et qu’il a gravée de son propre doigt sur la pierre. Les dix commandements de l’Éternel sont le fondement de toutes les lois justes et bonnes. Ceux qui aiment les ordonnances de Dieu se conformeront à toutes les lois équitables de leur pays.

Nous devons reconnaître les gouvernements humains comme étant d’institution divine, et enseigner que leur obéir est un devoir sacré, pour autant qu’ils restent dans les limites de leurs sphères légitimes. Mais dès que leurs ordres entrent en conflit avec ceux d’en haut, obéissons à Dieu plutôt qu’aux hommes. L’Écriture sainte doit être reconnue comme supérieure à toute législation humaine. Un “Ainsi dit l’Éternel” ne doit pas être mis à côté d’un “Ainsi dit l’Église”, ou “Ainsi dit l’État”. La couronne du Christ doit être élevée au-dessus des diadèmes des potentats de la terre.

Ne défions pas les autorités. Que nos paroles écrites ou parlées soient soigneusement mesurées.

Enseignons à nos membres à se conformer en toutes choses aux lois de leur pays tant que celles-ci ne sont pas en contradiction avec la loi de Dieu.


Honorez tout le monde ; aimez les frères ; craignez Dieu ; honorez le roi. Serviteurs, soyez soumis en toute crainte à vos maîtres, non seulement à ceux qui sont bons et doux, mais aussi à ceux qui sont d’un caractère difficile.
1 Pierre 2 :17, 18