Les enfants aiment la compagnie de leur mère (semaine 17)

Le foyer devrait être pour l’enfant le lieu le plus attrayant du monde, et la présence de la mère, son bien le plus précieux. L’enfant a une nature sensible et aimante ; un rien fait son bonheur, un rien l’attriste.

Les jeunes enfants aiment la compagnie et ont rarement du plaisir à rester seuls. Ils sont avides de sympathie et de tendresse, et pensent que ce qui leur plaît, plaît aussi à leur maman.

Au lieu de les éloigner d’elle, pour ne pas être dérangée par le bruit de leurs jeux ou leurs petites exigences, la mère devrait leur proposer des amusements ou leur procurer de petits travaux qui occuperaient leurs mains agiles et leur esprit toujours en éveil. En se plaçant à leur niveau, en prenant part à leurs distractions, en dirigeant leur activité, elle gagnera leur confiance. Avec de la patience et de l’affection, elle peut orienter leur esprit dans la bonne voie et cultiver en eux des traits de caractère attrayants.

Il faut, toutefois, que la mère évite que ses enfants ne puissent rien faire par eux-mêmes et ne soient toujours occupés de leur propre personne, s’imaginant qu’ils sont le centre du monde et que tout doit tourner autour d’eux. Certains parents consacrent trop de temps et d’attention à divertir leurs enfants au lieu de leur apprendre à s’amuser eux-mêmes, et à exercer leur propre ingéniosité et leur adresse. Ils sauraient ainsi se contenter de plaisirs simples et à leur portée. Entraînez-les à supporter bravement leurs légers désappointements et leurs petites peines. Amenez-les à penser aux autres et à prévenir leurs désirs.

La Parole de Dieu donne une belle description d’un foyer heureux et s’exprime ainsi concernant celle qui en est l’âme : “Ses fils se lèvent, et la disent heureuse ; son mari se lève, et lui donne des louanges.” 


Ses fils se lèvent, et la disent heureuse ; son mari se lève, et lui donne des louanges.

Proverbes 31 :28