La joie (semaine 15)

Vous avez le devoir de cultiver la joie et le désintéressement jusqu’à ce que votre plus grand plaisir soit de rendre heureux tous ceux qui vous entourent.

La joie sans légèreté est une des grâces chrétiennes.

Ne permettez pas aux soucis et aux ennuis de la vie quotidienne de chagriner votre esprit et d’assombrir votre front. Si vous ne faites ainsi, vous aurez toujours quelque chose pour vous contrarier et pour vous ennuyer. La vie est telle que nous la faisons et nous trouverons ce que nous cherchons. Si nous cherchons la tristesse et les préoccupations, nous aurons tendance à amplifier les petites difficultés et nous en trouverons une grande quantité pour absorber nos pensées et nos conversations. Mais si nous envisageons les choses sous leur aspect lumineux, cela suffira à nous rendre joyeux et heureux. Si nous distribuons des sourires, on nous les rendra ; si nous prononçons des paroles agréables et joyeuses, on nous répondra de même.

Dans son plan minutieusement réglé Satan pousse les gens d’un extrême à l’autre. En tant qu’enfants de lumière, Dieu veut que nous cultivions un esprit joyeux et satisfait afin que nous puissions louer celui qui nous a appelés des ténèbres à sa merveilleuse lumière.

Si vous entrez dans une cave, vous dites à cause de l’obscurité qui y règne : “Je ne vois rien !” Mais si vous montez dans une chambre où brille la lumière, il n’est plus question de ténèbres. Montez sur les sommets où se trouve le Christ et vous aurez la lumière.

Les vrais chrétiens cherchent à imiter Jésus, car être chrétien, c’est être comme le Christ. Servir Jésus avec un cœur bien disposé engendre une religion irradiante. En Christ résident la lumière, la paix et la joie pour toujours.


Que celui qui pratique la miséricorde le fasse avec joie.

Romains 12 :8