L’hospitalité (semaine 14)

Quand l’esprit de l’hospitalité disparaît, le cœur est paralysé par l’égoïsme.

L’hospitalité est une des grâces de l’Esprit devant caractériser celui qui occupe dans l’église un poste de confiance. Voici l’injonction faite à toute l’Église : “Exercez l’hospitalité les uns envers les autres, sans murmures.

Ces exhortations ont été étrangement négligées. Même ceux qui se disent chrétiens pratiquent très peu l’hospitalité et, parmi nos membres, bien peu la considèrent comme un privilège et une bénédiction. Nous sommes trop peu sociables, trop peu disposés à inviter sans embarras et sans gêne deux ou trois personnes à notre table. Quelqu’un dira peut-être : “Cela donne trop de mal.” Il n’en serait pas ainsi si vous disiez : “Nous n’avons rien préparé de spécial mais nous serons heureux de partager ce que nous avons.” Un hôte imprévu appréciera un bon accueil plus que les plats les plus succulents.

Le Christ tient compte de toute dépense faite en vue d’assister ceux qui travaillent pour sa cause. Il donne tout ce qui est nécessaire à l’avancement de son œuvre. Ceux qui, par amour pour le Christ, accueillent leurs frères, faisant tout ce qu’ils peuvent pour rendre leur visite utile et agréable, sont notés dans les cieux comme dignes de bénédictions toutes spéciales.

En ouvrant votre porte aux malheureux que le Christ place sur votre chemin, vous recevez des anges invisibles. La présence de ces êtres célestes engendre une atmosphère de joie et de paix. Ils entonnent des hymnes de louange qui sont repris en chœur dans le ciel. Chaque bonne action suscite, de même, les actions de grâces du chœur céleste. 


Exercez l’hospitalité les uns envers les autres, sans murmures. Comme de bons dispensateurs des diverses grâces de Dieu, que chacun de vous mette au service des autres le don qu’il a reçu.
1 Pierre 4 :9, 10