Rendez-vous sympathiques à tous (semaine 9)

Nous devrions tous rechercher avec soin le moyen de devenir le plus utile à nos semblables tout en étant pour eux une source de bénédiction.

Tous ceux qui se déclarent enfants de Dieu doivent se souvenir qu’ils font œuvre de missionnaires dans le travail qui les place en contact avec toutes sortes de mentalités. Il y a des hommes qui manquent de loyauté à l’égard de leurs semblables ; il y a les aristocrates, les vaniteux, les orgueilleux, les frivoles, les indépendants, les mécontents, les abattus, les découragés, les fanatiques, les égoïstes, les timides, les susceptibles, les esprits élevés, les prodigues, les polis et les impolis, les superficiels.

On ne peut pas se comporter de la même façon à l’égard de ces esprits si divers ; et cependant, qu’ils soient riches ou pauvres, humbles ou élevés, dociles ou indépendants, tous ont besoin de bonté, de sympathie, de vérité et d’amour. Par un contact mutuel, nos esprits s’affinent et se polissent. Nous dépendons les uns des autres, nous sommes tous unis par les liens de la fraternité humaine.

C’est par ses relations avec la société que le christianisme peut entrer en contact avec le monde. Dieu demande à tout homme qui a goûté à l’amour du Christ et qui a reçu la lumière divine, qu’il fasse briller cette lumière sur le sentier de ceux qui ne connaissent pas la bonne voie.

Confessons le Christ ouvertement et courageusement en révélant, par nos caractères, sa douceur, son humilité, son amour, qui montreront aux hommes charmés la beauté de sa sainteté.

Considérons l’amour du Sauveur comme une source d’eau qui jaillit jusque dans la vie éternelle et désaltère tous ceux qui vont y étancher leur soif. Notre influence sociale, sanctifiée par l’Esprit du Christ, nous aidera à gagner des âmes au Sauveur. 


J’ai été faible avec les faibles, afin de gagner les faibles. Je me suis fait tout à tous, afin d’en sauver de toute manière quelques-uns.

1 Corinthiens 9 :22