Aimez vos ennemis comme vos amis (semaine 8)

Le Christ est venu pour renverser tous les murs de séparation. Il est venu pour montrer que son don de miséricorde et d’amour est aussi illimité que l’air, la lumière ou les ondées qui rafraîchissent la terre. Il ne fit aucune différence entre voisins et étrangers, amis et ennemis.

Il ne considéra aucune créature comme indigne d’intérêt. En quelque compagnie qu’il se trouvât, il apportait un enseignement qui s’adaptait au temps et aux circonstances. Toute indifférence, toute offense des hommes à l’égard de leurs semblables le rendaient plus conscient du besoin impérieux de sa sympathie divino-humaine au sujet de ces malheureux. Il s’efforça de faire naître de l’espoir dans le cœur des plus rudes et des plus endurcis en leur assurant qu’ils pouvaient devenir irrépréhensibles et sans tache s’ils parvenaient à acquérir un caractère digne de celui des enfants de Dieu.

Il rencontrait souvent des êtres qui, tombés sous l’empire de Satan, étaient incapables de se dégager de ses pièges. Aux malades, aux découragés, aux victimes de la tentation, aux créatures déchues, Jésus adressait des paroles de tendre pitié - paroles qu’on souhaitait entendre et qu’on pouvait comprendre. Le Sauveur rencontrait d’autres malheureux qui livraient de durs corps à corps avec l’ennemi des âmes. Il les encourageait à persévérer en les assurant de la victoire.

Il s’asseyait à la table des publicains, où l’on honorait ce convive dont la sympathie et la bonté à l’égard de la société montraient l’importance qu’il donnait à la dignité humaine ; et tous désiraient ardemment devenir dignes de sa confiance.

Bien qu’il fût Juif, Jésus se mêla librement aux Samaritains. Il dormit sous leurs toits, mangea à leurs tables des aliments préparés par eux, enseigna dans leurs rues et les traita avec la plus grande bonté et la plus grande courtoisie. Et, tandis qu’il gagnait leur cœur par la sympathie qu’il leur témoignait, sa grâce divine leur apportait le salut rejeté par les Juifs. 


Lequel de ces trois te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé au milieu des brigands ? C’est celui qui a exercé la miséricorde envers lui, répondit le docteur de la loi. Et Jésus lui dit : Va, et toi, fais de même.
Luc 10 :36, 37