Aimez vos semblables comme le Christ les a aimés (semaine 7)

Le Christ mit en pratique, au cours de sa vie, ses enseignements divins. Son zèle ne l’entraîna jamais à agir avec passion. Il fit preuve de persévérance sans obstination, de bonté sans faiblesse, de tendresse et de sympathie sans sentimentalité. Il était éminemment sociable et il montrait une dignité pleine de réserve qui n’encourageait pas de familiarité déplacée. Sa tempérance ne le portait ni vers la bigoterie, ni vers l’austérité. Il ne se conformait pas au monde et cependant il ne demeurait pas indifférent aux besoins des petits. Sa bonté était en éveil à la vue des misères de tous les hommes.

De sa plus tendre enfance à l’âge d’homme mûr, le Christ mena une existence qui est le symbole parfait de l’humilité, de l’activité et de l’obéissance. Il était toujours plein d’attention et de prévenances pour les autres, toujours animé de désintéressement. Portant la marque divine, il était venu non pour être servi, mais pour servir.

La vie de désintéressement du Christ doit nous servir d’exemple. Le caractère du Sauveur demeure le modèle des caractères que nous pouvons former si nous marchons dans l’empreinte des pas du Maître.

Le tact et la sûreté de jugement multiplient l’efficacité d’un ouvrier. S’il dit ce qu’il faut dire au moment opportun, dans un bon esprit, il exercera une influence bienfaisante sur le cœur de celui qu’il essaie de secourir.

Nous devrions témoigner de la bienveillance à ceux qui ne partagent pas notre foi. Ils appartiennent au Christ et, au jour du grand règlement de comptes, nous les reverrons. Au cours du jugement, nous serons confrontés avec eux, et nos pensées, nos paroles et nos actions seront rapportées, non comme nous nous imaginions qu’elles avaient été, mais telles qu’elles furent réellement. Dieu veut que nous nous aimions les uns les autres comme le Christ nous a aimés.


C’est ici mon commandement : aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés.

Jean 15 :12