Ne craignez rien (semaine 5)

Nos épreuves sont souvent si dures qu’elles nous paraissent intolérables, et sans l’aide de Dieu elles le seraient réellement. Si nous ne nous confions pas en l’Éternel, nous fléchirons sous le poids des responsabilités qui n’apportent que tristesse et douleur. Mais si nous nous mettons sous la dépendance du Christ nous ne nous laisserons pas accabler. Quand tout paraît sombre et inexplicable, il faut nous confier dans l’amour divin. Répétons en nous-mêmes les paroles que le Christ a prononcées : “Ce que vous ne savez pas maintenant, vous le saurez plus tard.”

Ne vous comportez pas comme si Jésus était dans le tombeau de Joseph, une grosse pierre roulée devant l’entrée. Quand votre foi est mise à l’épreuve, montrez que vous avez la certitude d’un Sauveur ressuscité qui intercède pour vous et pour vos bien-aimés.

La Bible vous charge des responsabilités de votre propre bonheur. Regardez à la lumière de la vie. Vous serez d’autant plus utiles que votre façon d’agir sera plus parfaite.

Nous désirons tous ardemment le bonheur mais la plupart d’entre nous le trouvent rarement parce que leur méthode de recherche est fausse : ils ne luttent pas. Nous devons lutter plus intensément et mêler la foi à tous nos désirs. Le bonheur pénètre alors en nous presque sans que nous nous en rendions compte. Quand, en dépit des circonstances désagréables, nous pouvons nous reposer avec confiance dans l’amour du Sauveur et nous blottir tout près de lui, nous abandonnant paisiblement à son amour, le sens de la présence divine nous inspire une joie profonde et tranquille. Cette attitude produit en nous une foi qui nous rend capables de n’éprouver ni inquiétude ni tourment, mais de dépendre de la puissance infinie.

Nous aurons ainsi en nous la force de la Toute-Puissance... car Jésus se tient à nos côtés. Tandis qu’abondent les épreuves, la puissance de Dieu surabondera.


Ne crains rien, car je te rachète, je t’appelle par ton nom : tu es à moi.

Ésaïe 43 :1